pirates-potc

Bienvenue dans le monde de pirates-potc !
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~Une douce solitude~ (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ~Une douce solitude~ (libre)   Jeu 29 Mai - 19:46

Dans la douce et claire nuit se trouvait L'Endeavour, prestigieux et impressionnant bâtiment, à quai à port Royal. Majestueux immobile sur les flots, impressionnant en mouvement lors d'une rencontre faite de pirates. Le navire avait l'air rempli de merveilles de l'extérieur mais était bien vide de l'intérieur. Bien sûr, ce bateau était rempli de magnifiques meubles chacun boisés et décorés par des grands professionnels, des artistes payés pour donner beauté à une machine de guerre mais vide dans un sens de présence humaine. En le voyant de l'extérieur beaucoup s'imaginait les hommes s'activant tous pour mettre en marche le paquebot, ou tout simplement le nettoyer, contrôler et recharger les canons, mais non. Personne ne prenait cette responsabilité ce soir-là. un seul homme se trouvait sur le bâtiment, et cet homme n'était autre que son propriétaire : le lord Cutler Beckett, assis dans la cabine lui étant destinée, contemplant une pièce de monnaie en ses mains. Pièce ayant appartenu à un jeune garçon, envoyé au bout d'une corde. Cutler la faisait pivoter dans le bout de ses doigts et l'observait avec concentration. Il réfléchissait à sa situation, aux nouveaux arrivants comme l'amiral Karmer, à l'arrivée soudaine de cette tueuse française ainsi que la relation qu'il avait avec des alliés de cette même nationalité. Boisnoir par exemple. Le rapport qu'il entretenait avec cet homme demeurait quelque peu étrange dans un certain sens. Chacun manipulant l'autre pour obtenir ce qu'il voulait, mais se respectant quand même, aucun des deux ne cachant son orgueil vis à vis de la patrie qu'il sert éperdumment. Leur sens de l'esthétisme des batiments était aussi un sujet de conversation entre les deux hommes, mais Beckett comme Boisnoir avait des points de vue bien différents la plupart du temps.

Le lord stoppa son mouvement répétitif avec la pièce, la posa, se leva, alla se prendre un verre de whisky et se le servi. Il le but doucement, donnant le temps à ses papilles de déguster le précieux liquide puis déposa le verre à côté de la bouteille. Puis il resta comme cela, immobile, comme le batiment, debout, le regard quelque peu perdu. L'histoire concernant la soeur de Jack Sparrow l'embrouillait. Récemment elle lui avait annoncé qu'il allait peut-être devenir père. Ce n'était pas le fait d'avoir des responsabilités paternelles ou le fait que July lui demanderait peut-être de stopper son travail, (ce qu'il n'aurait de toute façon jamais fait) pour cet enfant qui le dérangeait, mais le fait que de la sorte, il aura un fils avec des origines de pirate. Il devrait donc s'occuper de trouver Sparrow au plus vite et en finir pour de bon. Mais précipiter les choses lors d'une bataille contre un homme come Jack ne pouvait être qu'erreur, alors il valait mieux prévoir un plan plutôt que de foncer tête baissée et d'envoyer tous ces hommes à la recherche de Sparrow, recherche n'ayant que trop peu de chances d'aboutir. Il faudrait plutôt utiliser ses atouts déjà présents, comme July. Après tout, étant sa soeur, elle le reverrait certainement et cela sera une occasion en or d'en finir avec le symbole humain de la vermine, de la piraterie. Mais quand cette occasion se présentera-t-elle... le lord n'en savait rien alors il n'aurait d'autre choix que d'attendre... Soudainement Beckett sortit de ces pensées et entendit des pas dans le navire censé être vide de présence humaine, apparemment quelqu'un était venu ou était tout simplement resté pendant que l'équipage sortait du navire. Cutler ne s'en inquiéta pas puis se mit derrière son bureau, ouvrant un tirroit où se trouvait son arme à feu, il valait mieux demeurer prudent, la vermine est partout. Les pas se rapprochèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Marc de Boisnoir
Commandant de la Flotte française
Commandant de la Flotte française
Marc de Boisnoir

Nombre de messages : 115
Age : 29
Localisation : A bord du Royal Louis
Humeur : Sournoise
Date d'inscription : 17/05/2008

Feuille de personnage
Vos amours: Mon seul amour c'est la mer et le royaume
Statut: Amiral
Votre famille:

MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Dim 15 Juin - 23:52

La porte s'ouvrit avec fracas. A l'extèrieur, la voix hésitante de la sentinelle semblait marquée par l'impuissance:

-Sorry Sir, You cannot do...

Franchissant la porte d'un pas décidé et faisant fi des injonctions du soldat de la Compagnie, Marc de Boisnoir entra dans la pièce avec un sourire triomphant. Il ne se sentait pratiquement pas mal à l'aise bien qu'à bord d'un navire qui aurait pu, à quelques années prés, être son ennemi. L'Endeavour était un beau navire et puissant avec cela. Il comptait sur une centaine de canons pour le défendre, de quoi effrayer le plus fort des navires pirates. Mais Boisnoir se retrouva bientôt face au maître de cette incroyable force qu'était la Flotte Combinée aussi connue sous le nom d'Armada.

-Bonjour, milord. J'espère que je ne vous dérange pas.

Boisnoir comprit alors pourquoi il se sentait dans une atmosphère aussi peu hostile bien qu'à bord d'un vaisseau anglais. C'était la présence de lord Cutler Beckett. Cet homme était un peu son alter-ego, un adversaire à sa mesure et un allié de choix bien que difficile. Boisnoir savait parfaitement que le lord et lui avaient des intérêts communs et que tant qu'ils auraient besoin l'un de l'autre, ils n'auraient rien à craindre de leur influence et de leur puissance mutuelles. Dans cette guerre d'ailleurs, Beckett était sans doute un allié plus fiable que l'amiral Karmer. Beckett savait qu'il n'était ni militaire, ni marin. Il avait donc besoin de l'expèrience et des talents militaires de Boisnoir, acquis aprés près de trente ans de mer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Lun 16 Juin - 13:46

Le lord eut un léger sursaut et n'eut à peine le temps d'entendre la sentinelle bafouait son anglais qu'il vit un français, un français de haut-prestige qu'il sonnaissait bien.

-Bonsoir amiral.

Beckett observa un moment le magnifique uniforme de Boisnoir, orné de médailles prouvant la valeur de son porteur.

-Vous ne me dérangez pas, au contraire je commençais à m'ennuyer de nos réunions amiral.

Le lord esquissa son habituel sourire méprisant mais redevint vite sérieux, le sentinelle se trouvait toujours devant la porte, la bouche grande ouverte et les yeux écarquillés. Il était impensable qu'un français, aussi gradé soit-il, puisse déranger un lord comme Cutler Beckett mais cela ne l'importuna pas. Beckett leva son regard sur l'homme.

-Close the door.

Le soldat s'exécuta sans protestations à la froide voix de Cutler.

-Bien, asseyez-vous amiral.

Boisnoir prit le luxueux fauteuil libre devant le bureau du lord et Beckett fit de même.

-Puis-je connaître la raison de votre soudaine visite amiral de Boisnoir ?

Cutler reprit sa pièce de monnaie et la rangea dans le tiroir qu'il avait ouvert où se trouvait l'arme puis le referma. Il releva la tête attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Marc de Boisnoir
Commandant de la Flotte française
Commandant de la Flotte française
Marc de Boisnoir

Nombre de messages : 115
Age : 29
Localisation : A bord du Royal Louis
Humeur : Sournoise
Date d'inscription : 17/05/2008

Feuille de personnage
Vos amours: Mon seul amour c'est la mer et le royaume
Statut: Amiral
Votre famille:

MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Mer 18 Juin - 13:41

Boisnoir remercia le Lord d'un signe de tête puis s'assit. Il ne trouvait guère à redire sur la décoration de l'Endeavour. Un homme aussi riche que Beckett avait les moyens de se payer de tels meubles. Il soupira longuement savourant la relative fraîcheur qui régnait dans cette pièce. Puis il releva ses yeux brillants de malice vers Beckett.

-Milord, je ne saurais souffrir plus longtemps le manque de respect de cet incapable de Karmer.

Il se rémémora les entrevues entre Karmer et lui. Karmer n'était ni vraiment marin, ni politicien, ni diplomate, ni stratège, ni rien d'ailleurs. C'était un incompétent qui ne tenait son poste qu'à un soutien d'on ne savait quelle courtisan. Il était bien trop jeune et par ailleurs, il n'avait rien compris aux enjeux de l'alliance internationale entre les puissances européennes. Il était un véritable danger pour l'Armada sachant qu'il n'arrêtait pas de faire des vagues et qu'il ne pouvait s'empêcher de nuire à la bonne entente entre les différentes nations.

-Depuis notre arrivée, il n'a cessé de mettre de la mauvaise volonté dans nos affaires. Il a nuit à nos opérations... C'est bien simple, j'ai l'impression de refaire alliance avec les Espagnols. Sans compter qu'il ne connait presque rien à la marine!

Il marqua une pause avant de se tourner vers Lord Beckett qui écoutait son discours.

-Milord, suis-je assuré de votre soutien dans cette affaire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Mer 18 Juin - 14:05

Le lord considéra du regard un moment Boisnoir puis il s'adossa contre le dos de son fauteil, les mains jointes et les yeux dans la vague.

Il était vrai que l'amiral Karmer n'était pas quelqu'un tolérant l'ogueil d'un homme comme Marc De Boisnoir, et il s'avérait juste que son expérience en matière de navigation demeurait faible. Mais il y avait divers points sur lesquels l'avis de Beckett divulgait de celui du français.
Premièrement James Karmer avait fait une brillante, voire même très brilliante, carrière militaire qui lui fit obtenir rapidement le grade de lieutnant. C'était donc sans aucun doute un très bon officier loyal à la marine anglaise.
Deuxième point de désaccord avec Boisnoir, ce fut grâce à sa bravoure et ses tactiques de combat que Karmer devint commodore, et ce très jeune. Il était considéré comme prodige dans l'armée anglaise et ce n'était pas une chose à ignorer ou indifférencier. Mais pour éviter de mettre l'amiral français en désaccord total avec lui, Beckett fit appel à sa froide diplomatie.

- Je vous accorde que l'amiral Karmer n'a pas votre exemplaire prestige ni votre grande expérience des mers et il est vrai qu'il pense plus que les guerres se résoudent à de forts coups de canons plutôt qu'à des coups de langue bien placés. Mais il demeure l'un des meilleurs éléments que j'aie vu dans ma carrière et je ne souhaite perdre cet atout. Mais je suis conscient que votre situation ne doit point être agréable, amiral, alors je m'entretiendrai avec James Kamrer afin de remédier à cette querelle.
Revenir en haut Aller en bas
Marc de Boisnoir
Commandant de la Flotte française
Commandant de la Flotte française
Marc de Boisnoir

Nombre de messages : 115
Age : 29
Localisation : A bord du Royal Louis
Humeur : Sournoise
Date d'inscription : 17/05/2008

Feuille de personnage
Vos amours: Mon seul amour c'est la mer et le royaume
Statut: Amiral
Votre famille:

MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Mer 18 Juin - 15:07

Boisnoir écouta le discours de Beckett, pour peu il aurait pu le croire sincère, mais il savait parfaitement que Beckett n'éprouvait de réel admiration que pour sa propre personne. Beckett admirait Beckett, et cela devait toujours avoir été ainsi. Mais il n'était pas venu pour réfléchir à Lord Beckett. Il devait choisir ses propos avec prudence, car si Beckett et lui était dans le même camp aujourd'hui, il pourrait se retrouver l'un contre l'autre dans une semaine peut-être même demain. Les jeux des alliances étaient si complexes... Alors que Beckett et Karmer se retrouverait toujours dans le même camp, sauf en cas de guerre civile... Oh ce serait si plaisant, les Anglais en train de s'entretuer pendant que la france n'aurait qu'à rafler leurs possessions outre-mer... Mais les miracles n'étaient plus d'actualité. Boisnoir laissa derrière lui ce rêve pour se consacrer entièrement à Beckett.

Il avait visiblement compris qu'en ne prenant aucun parti, il pourrait tirer les ficelles et manipuler Karmer et boisnoir à sa guise en usant de leur méfiance et inimitié réciproque. De plus, il pourrait ainsi réduire Karmer au silence alors que celui-ci était chargé de le surveiller. C'était finement joué. Mais Boisnoir n'allait pas se laisser faire, bien qu'il comptait se faire passer pour un dupe pour le moment.

-Milord, je ne nie pas les capacités de Karmer. Cependant, avouez qu'elles sont largement inférieurs à celles de Norrington ou aux miennes. Sans le digrâce dont il a été victime il y a quelques temps, ce serait Norrington qui serait à sa place.

Il avait raison et il le savait. Karmer était brave certes, mais il se trompait fréquemment sur les termes marins, il laissait à ses officiers le soin de la manoeuvre et s'inspirait de tactiques lues dans les livres. Jamais il n'aurait la capacité d'un Thémistocle ou d'un autre amiral légendaire. Cependant il avait son autorité et Boisnoir ne pouvait le laisser s'opposer à la sienne.

-Malheureusement, milord, je crains que Karmer ne soit une gêne pour les opérations de l'Armada. Il conteste systématiquement mes directives et s'oppose à mes ordres. Il nuit à la cohésion de notre Flotte. Son manque de diplomatie a valu des plaintes de la part de nos alliés espagnols et hollandais. Il leur refuse de s'approvisionner à Port Royal! Commander une flotte à deux est impossible. Je vous demande donc, milord de lui stipuler qu'à présent j'aurai la prééminence sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Mer 18 Juin - 19:58

Beckett comprit le désir de Boisnoir d'être en suprématie par rapport à l'amiral Karmer, de vouloir montrer sa puissance ou plutôt remettre l'amiral anglais à sa place mais ses désirs risqueraient de lui coûter cher. Le lord avait toujours préféré ne prendre de parti autre que le sien et ce sectarisme lui avait toujours était bénéfique, mais avec cette plainte de l'amiral français il serait bien plus dur de demeurer neutre envers les deux hommes. Cela le dérangeait car d'un côté il avait l'amiral anglais Kamrer qui se chargeait de le surveiller et de l'autre un précieux allié venu de la France, tous deux étant dans son camp mais la situation pouvait bien vite se retourner et Beckett souhaiterait si ça arrivait, que Kamrer soit avec lui et non récidiviste à cause d'avoir soutenu Boisnoir pour l'inexpérience d'un amiral anglais. D'autant plus que ce fait ne serait caché, on verrait partout que Beckett se serait mis en accord avec l'amiral français plutôt qu'anglais et à ce moment il y aurait des soupçons, les journalistes de la gazette exagérant les choses et Beckett se retrouvant en bien mauvaise posture...
Mais il n'en était pas encore là, la situation actuelle était que Boisnoir souhaitait le plein pouvoir sur un amiral anglais en se jugeant meilleur que lui, ce que Beckett ne démentait point, et en dénonçant chaque acte incompétent dudit amiral. Dans ce genre de situation il était préférable de ne laisser place qu'aux faits.

Bien je prendrai soin de mentionner ces désagréments durant mon entretien avec le concerné. Et il sera averti que si de telles mérpises venaient à se reproduire, la sentance sera effectuée et il en ira de son grade. Mais je doute qu'un homme comme lui accepte d'étre prééminé par un homme comme vous, amiral. Je suis sûr qu'un bien menaçant avertissement suffira à le calmer. Si il y a d'autres problêmes le concernant à l'avenir dites-le moi.
Revenir en haut Aller en bas
Marc de Boisnoir
Commandant de la Flotte française
Commandant de la Flotte française
Marc de Boisnoir

Nombre de messages : 115
Age : 29
Localisation : A bord du Royal Louis
Humeur : Sournoise
Date d'inscription : 17/05/2008

Feuille de personnage
Vos amours: Mon seul amour c'est la mer et le royaume
Statut: Amiral
Votre famille:

MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Ven 20 Juin - 13:50

Boisnoir se sentait agacé, il savait que Beckett était un excellent diplomate mais jamais l'ego démesuré de l'officier français n'aurait pu imaginer qu'il ne prenne pas directement parti pour lui. Aussi Boisnoir plissa les yeux avec insistance croisa les bras en s'enfonçant dans son siège agrémentant cette mimique d'un petit "Hum! Hum!". Interjection peu compromettante qui signifiait son désaccord. Il ne pouvait pas accepter cette demi-victoire, dans la guerre des nerfs qui l'opposait à Karmer, il devait pouvoir compter sur Beckett comme sur allié à toute épreuve, il tapotait légèrement sur la garde de son épée. Aprés tout, il ne pouvait pas se permettre de se montrer si cassant et hostile vis-à-vis de Beckett. Il pouvait le lui faire regretter. Boisnoir décida alors de tirer une nouvelle carte de son jeu, il savait bien que cela pourrait être déplaisant mais il ne risquait rien.

-Vous n'êtes pas sans ignoré milord que Kremer est là pour vous surveiller... Il n'a en vous aucune confiance, et vous devez l'avoir remarquer, il n'hésitera pas à signaler au Parlement vos abus.

Il se leva faisant mine de s'en aller.

-Comment pouvez-vous tolérer un tel ennemi dans votre propre camp? je vous offrais la possibilité de le contrer pour que nous puissions réaliser nos projets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Ven 20 Juin - 14:36

Beckett ne répondit rien face aux dires de l'amiral français, il savait que Karmer était en mission et qu'elle consistait à le surveiller, il connaissait les désastreuses conséquences que pouvaient être s'il commettait un faux-pas. Il avait aussi toujours su que l'amiral anglais ne lui avait que trop peu accordé de confiance et cela était réciproque, mais ce fut la première fois que le lord se sentit en réel danger, il en allait de son statut, il risquait de tout perdre si Karmer se montrait assez fin pour convaincre le Parlement de l'Amirauté que le lord n'avait plus sa place dans la compagnie des Indes orientales.

Boisnoir coupa court à la pensée du président de l'EITC en se levant, puis l'amiral français montra bien sa frustration par un dernier repoche avant de se diriger vers la porte.

Attendez.

Ce simple mot avait été prononcé spontanément sans que son émetteur ne le souhaite vraiment. Il préssentait bien que Marc de Boisnoir le manipulait pour obtenir son aide face à l'amiral anglais, mais ce qu'avait dit le français était juste et dérangeant alors le lord se devait d'agir s'il ne désirait se voir déstituer de son statut. L'amiral de Boisnoir s'était arrêté et attendait comme l'avait demander Beckett. Celui-ci se reprit et allait tout tenter pour éviter que les choses n'aillent en son désavantage.

Je pense que l'on pourra trouver un accord, amiral entre hommes conciliants.


Suite à cette parole Cutler fit un signe de la main en direction du fauteuil signifiant clairement que Boisnoir pouvait prendre place.
Revenir en haut Aller en bas
Marc de Boisnoir
Commandant de la Flotte française
Commandant de la Flotte française
Marc de Boisnoir

Nombre de messages : 115
Age : 29
Localisation : A bord du Royal Louis
Humeur : Sournoise
Date d'inscription : 17/05/2008

Feuille de personnage
Vos amours: Mon seul amour c'est la mer et le royaume
Statut: Amiral
Votre famille:

MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Dim 22 Juin - 0:51

Boisnoir s'apprêtait à quitter la pièce quand Beckett le retint. Il ne pu s'empêcher de sourire de satisfaction. Il avait su faire mouche et trouver le point faible de ce Lord si invulnérable au demeurant. Or il était vrai qu'en se trouvant un ennemi commun, Boisnoir faisait un pas de plus vers le commandement suprême de la Flotte Combinée. Bien que Beckett continuerait à être son supérieur direct, Boisnoir serait alors le plus haut gradé naval et pourrait imposer ses décisions et orienter la stratégie au bénéfice de la France sans avoir à rendre de compte à Karmer. Bien que Beckett le solliciterait toujours, il se montrerait beaucoup plus favorable à utiliser le Hollandais Volant comme il l'avait fait jusqu'à présent. Boisnoir pourrait donc agir plus librement sans mettre en péril l'alliance fragile entre les puissances européennes. Mais avec Karmer qui ne cessait de nuire à son autorité en complotant dans son dos, il ne pouvait mettre ses projets à bien.

Il revint donc sur ces pas et se rassit en face de Beckett ayant abandonné son sourire pour reprendre un certain air d'impassibilité. Il joignit le bout de ses doigts puis commença les tapoter les uns contre les autres. Cette attitude, Beckett la connaissait, s'était la deuxième fois dans leur vie qu'ils s'affrontaient sur un sujet ardu.

La première fois, c'était lors de cette entrevue en Inde pour éviter une guerre. Boisnoir avait mené les négociations côté français et Beckett au nom de la Compagnie Anglaise des Indes Orientales. Boisnoir croyait avoir l'avantage, les Français étaient alors très puissants, voire dominants, et avaient pour alliés les princes indigènes. Beckett avait joué les faibles et avait feint de se montrer en infériorité. Boisnoir avait vu clair dans son jeu mais avait douté de son intuition. Ses supérieurs eux s'étaient laissés bluffer malgré leur expérience, par cet habile manipulateur. N'ayant pu trouver un compromis, les Français avaient laissé la guerre éclater pensant que la victoire serait facile. Mais ils étaient trompés dans le piège de Beckett, les indigènes, puis ces mêmes indigènes encadrés par des officiers français et pour finir la France elle-même avaient été battus. Cette guerre avait laissé les Indes françaises plus faibles que jamais. Son image de prestige auprés de ses alliés ruinée, la France avait du subir les assauts de certains d'entre eux. Incapable de lutter, le royaume avait laissé l'Angleterre s'imposer comme la puissance dominante aux Indes. Aujourd'hui Boisnoir avait l'avantage, mais il ne comptait se laisser abuser par Beckett une fois de plus.

-Mylord, je n'ai aucune intention de vous mentir plus longtemps. Karmer a pour rôle de vous surveiller, il en sait déjà assez pour vous mettre en péril et moi avec. Vous parti, l'alliance n'a plus lieu d'être et je me retrouverais en infériorité. Il a constitué sur vous un petit dossier mais il n'en fera pas usage avant un certain évènement.

Boisnoir abattit alors sa carte maîtresse. C'était peut-être un peu tôt mais il n'y avait pas d'autres alternatives.

-Comme vous vous en doutez, la paix n'empêche pas l'espionnage, au contraire! Mes espions à Londres me rapportent d'intéressantes nouvelles ou plutôt des rumeurs... Il semblerait que Sa Trés Gracieuse Majesté, votre souverain, s'apprête à vister Port Royal. Karmer y voit une occasion de se promouvoir, ce n'est pas mon cas...

Boisnoir laissa en suspens sa phrase laissant à Beckett savourer les multiples possibilités qu'elle offrait.

-Karmer a derrière lui le soutien de l'Amirauté et se vante d'avoir aussi celui du Parlement. Or comme vous le savez, bon nombre de vos amiraux et hauts gradés en sont membres... Avec vos relations sur le milieu de la Cité, vous pourriez faire pression sur ces membres et les obliger à se retirer de la course. Vous pourriez même tourner l'Amirauté contre lui. Il n'est qu'un pion dans leur jeu. Leur seul but est de garder le Marine omnipotente outre-mer et de ne pas vous laisser seul profiter du fruit de vos conquêtes... Mais pour permettre ce plan, il nous faudrait un élément déclencheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Dim 22 Juin - 23:05

Le lord anglais écouta les propos de l'amiral français et il en fut des plus troublés. Ainsi Karmer avait confectionné un dossier le compromettant et allait sans doute l'utiliser à la venue de la Majesté à Port Royal, sans doute pour faire bonne figure et ainsi obtenir meilleur poste. Beckett se sentit d'autant plus en péril, il fallait qu'il mette la main sur ce dossier ou Karmer, un des deux afin d'éviter une retraite bien prématurée.

Boisnoir, après une légère pause comme pour laisser au lord le temps de réfléchir, continua de l'informer.

-Karmer a derrière lui le soutien de l'Amirauté et se vante d'avoir aussi celui du Parlement. Or comme vous le savez, bon nombre de vos amiraux et hauts gradés en sont membres... Avec vos relations sur le milieu de la Cité, vous pourriez faire pression sur ces membres et les obliger à se retirer de la course. Vous pourriez même tourner l'Amirauté contre lui. Il n'est qu'un pion dans leur jeu. Leur seul but est de garder le Marine omnipotente outre-mer et de ne pas vous laisser seul profiter du fruit de vos conquêtes... Mais pour permettre ce plan, il nous faudrait un élément déclencheur.

Retourner l'Amirauté contre l'amiral Karmer... voilà une bien bonne idée mais cela ne sera pas chose facile.

Ses paroles-ci furent plutôt prononcées en tant que murmure mais Beckett avait pleinement conscience de ce que cela voulait dire. Il devrait ainsi être assez sournois et fin pour obtenir l'approbation de l'Amirauté au sujet de l'incompétence de l'amiral anglais afin de le déstituer de son grade, mais avec ce dossier les choses risqueraient d'être quelque peu plus compliquées...

Et de quel élément déclencheur aurons-nous besoin amiral ?

Marc de Boisnoir avait réussi à intéresser le lord et à en faire un allié contre l'amiral anglais. Mais Beckett était encore maître de ses gestes et de bien mauvaises surprises pourraient surprendre l'amiral français s'il lâchait sa garde.
Revenir en haut Aller en bas
Marc de Boisnoir
Commandant de la Flotte française
Commandant de la Flotte française
Marc de Boisnoir

Nombre de messages : 115
Age : 29
Localisation : A bord du Royal Louis
Humeur : Sournoise
Date d'inscription : 17/05/2008

Feuille de personnage
Vos amours: Mon seul amour c'est la mer et le royaume
Statut: Amiral
Votre famille:

MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   Mar 8 Juil - 23:12

Boisnoir avait beau être un officier de premier brin, il n'avait pas pour autant oublié les bases de la diplomatie. Comme aux cartes, il ne fallait jamais dévoiler son jeu qu'au dernier moment et sous aucun prétexte avant ce moment. Boisnoir n'avait pas d'idée précise à ce sujet mais il ne devait pas le laisser paraître. Aussi recula t'il son siège, se leva et salua Beckett d'une élégante et légèrement ironique révérence.

-Nous verrons bien mylord, nous verrons bien. Je vous en parlerais le moment venu. Pour l'instant... Je dois retourner à mon bord, une mission m'attend.

Il se dirigea vers la porte mais ce retourna au dernier instant.

-Au fait, tranquilisez vous mylord votre avenir est entre de bonnes mains...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~Une douce solitude~ (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
~Une douce solitude~ (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» douce folie
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano
» Ghita la douce
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
pirates-potc :: Archive-
Sauter vers: